ACTES DU COLLOQUE D’AIX-EN-PROVENCE 5-6-7JUILLET 2006.
Organisé par le musée Granet, l’Université de Provence
et les Amis du musée Granet et de l’ Œuvre de Cezanne

L’exposition « Cezanne en Provence », voulue pour célébrer le centenaire de la mort du peintre dans son propre pays, se devait d’être accompagnée. Une exposition montre des tableaux, le catalogue de l’exposition est là pour en rendre raison. Ne fallait-il pas alors rendre raison de Cezanne lui-même, lui qui voulait « dire la vérité en peinture » ? L’idée d’un colloque portant sur l’enjeu de l’œuvre peint du Maître d’Aix, monument de pensée aussi bien que monument d’art, s’imposait. Denis Coutagne

.

Paul Cezanne,
Le Mont Sainte-Victoire
vu des Lauves,
huile sur toile, 60×72 cm
Première de couverture

.

La réunion de philosophes, écrivains et universitaires est à l’origine de la création d’un comité scientifique, qui soutenu par trois structures, les Amis du Musée Granet et de l’ œuvre de Cezanne, l’Université de Provence, et la communauté du Pays d’Aix ont permis la réalisation de ce colloque et l’édition de ce livre « Ce que Cezanne donne à penser »

.

.

L’exposition Cezanne en Provence, qui en 2006 célébrait avec éclat, au musée d’Aix-en-Provence, le centenaire de la mort du peintre, était accompagnée d’un colloque intitulé « Ce que Cezanne donne à penser ». Car il importait de mesurer l’enjeu d’une œuvre picturale dont tous les peintres du XXe siècle se sont réclamés.

 Ce colloque pouvait paraître en infraction à la volonté même du Maître d’Aix pour qui « les causeries sur l’art sont presque inutiles. », et l’esprit philosophique un sujet de méfiance.

 Pourtant, quand il livre quelques confidences sur son travail de peintre, il parle lui-même de « lecture du modèle », de « compréhension de la nature » et avoue « s’exprimer le plus logiquement » allant jusqu’à promettre : « Je vous dois la vérité en peinture. » C’est donc que la peinture est par elle-même, à ses yeux, l’expression d’une pensée et non simplement l’expression d’un monde à figurer.

 Ce que Cezanne donne à penser ? La question est tout autre qu’une réflexion sur la peinture de Cezanne (ses références, ses enjeux picturaux, ses sujets, ses modes de représentation). Qui sait si Cezanne ne donne pas à penser la peinture elle-même ? Un siècle de création, de critique et d’analyse n’a pas permis d’élucider la question.                                                                   

Quatrième de couverture du livre, « Ce que Cezanne donne à penser »

Lien vers la société Cezanne: societe-cezanne.fr

Catégories : Publications